Egalité

UNEDIC proche de la faillite ? Mensonge !

Envoyer par emailPDF version

Richard Dethyre, qui a participé au 4e Forum social des saisonniers, les 19 et 20 novembre dernier, et co-anime la troupe des chômeurs, les Zentrops, démonte,  dans un courrier adressé à Cerises , le mensonge sur l'UNDIC.

http://forumsocialdessaisonniers.fr
http://www.leszentrop.fr

UNEDIC proche de la failolit ? mensonge
La preuve

( UNEDIC , association 1958 gérée paritairement, convention tous les 2 ans)
 
Nous verserions des allocations trop généreuses…alors même que les déficits sont proches d’exploser ?
Nous aurions de fait par notre manque de rigueur créé une dette record ?
 
OUI IL y a un trou financier 4,5 milliard pour un montant d’allocation versée en 2015 de 34 milliards (L’équivalent de 1,5 % de la dette publique)
Mais d’où provient ce déficit, sachant que le régime (de l’assurance chômage)  est excédentaire 2,4 milliards d’€  ?
 
Regardons comment sont alimentés les fonds de l’UNEDIC ; il y a  les cotisations  salariales  2,4 % du salaire brut et les cotisations patronales de 4 %. Ces 6,5 % de cotisations représentent 35 milliards. C'est-à-dire qu’elles suffisent pour payer les allocations de tous les chômeurs. Il a même l’an dernier un excédent de 2 milliards.
 
Cette année le déficit est de 400 millions. Tout petit le déficit par rapport au 34 milliards versés soit 1 %.
 
Alors d’où provient ce « TROU » ?
Le trou provient des versements éffectués chaque année par l’UNEDIC  dans les caisses de Pôle emploi.
 
L’UNEDIC  participe chaque année au budget de fonctionnement de pôle emploi.
10 % versés à Pôle emploi sur les cotisations prélevées pour payer les locaux, les salaires, les coûts de fonctionnement. Plus de 3 milliards d’euros sur les 4 milliards de déficit pour 2015. Alors qu’avant la fusion (UNEDIC/ANPE), l’ANPE service public avait son propre budget.
 
Le deuxième poste qui coute cher à l’UNEDIC,  c’est le financement des emplois précaires. 1 contrat sur 3  est un CDD de  moins de 3 mois. La plupart retourne travailler chez le même employeur sur le même poste. Alors qu’ils pourraient faire de plus long contrats voir un CDI. Entre les contrats c’est l’UNEDIC qui paye les allocations, qui finance la précarité des contrats de travail. Voilà comment/ pourquoi le CDD variable d’ajustement comptable ne cesse de progresser (au passage soulignons qu’il faut cotiser 4 mois pour percevoir des allocations.)
 
En conséquence, la piste la plus souvent évoquée pour réduire ces déficits "politiques" c’est la dégressivité car nous serions, sans aucune preuve, le pays au monde qui indemnise le mieux le chômage
 
Qu’en est-il en réalité ?
1ère réalité le trop peu de chômeur indemnisés :
Nombre de chômeurs officiels:  6,4 millions… moins d’un inscrit sur deux est indemnisé.   Seulement 2,7 millions sont indemnisés.
 
Qui ne l’est pas ?
  • Les Inscrits sans avoir travaillé(jeunes)
  • Inscrits sans avoir suffisamment cotisé(50 % des inscrits chaque mois sont des fin de CDD)
  • 600 000 qui cumulent petit boulot et faible alloc.
Que perçoivent-ils ?
  • 1 119 € brut par mois en moyenne  (71 % de l’ancien salaire) il faut avoir travaillé 4 mois mini
 Durée Maximale d’indemnisation  2 ans
  • 70 %  des allocataires le sont pour une durée inférieure à un an.
  • La moitié ont moins de 1 000€ brut
  • 95 % moins de 2000€.
Comparaisons internationale : la France plus longtemps, le taux de remplacement est le même que les autres pays européens :
  • Nous avons un plafond élevé, jusqu'à 7 000 €,  seules 1 000 personnes l’ont perçus en 2015
  • ASS 580 35 000 personnes
  • RSA  2,5 millions de bénéficiaires, 524 euros par mois
, 22 novembre 2016