Mondialité

Prisonniers palestiniens : solidarité

Envoyer par emailPDF version

A l'appel de Marwan Barghouti, condamné à perpétuité, a débuté le 17 avril, en lien avec la Journée des prisonniers palestiniens, une grève collective des prisonniers politiques détenus dans les geôles israéliennes.

6 500 prisonniers politiques, dont  57 femmes, 300 mineurs, 13 membres du Conseil législatif palestinien et 18 journalistes. 500 Palestiniens sont placés en détention administrative, sans avoir été jugés. 800 prisonniers ont besoin de soins médicaux.

Hanan Ashrawi, militante des droits de l’homme et membre de l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) rappelle que plus de 800 000 Palestiniens ont été incarcérés par l’État israélien depuis la guerre des six jours et l’occupation de la Cisjordanie en 1967. En deux ans « au moins 13 lois discriminatoires et racistes ont été promulguées par le gouvernement israélien qui ciblent délibérément les prisonniers palestiniens et violent le droit et les conventions internationales. »

LIBERTE POUR TOUS LES PRISONNIERS PALESTINIENS !

libererbarghouthi.prisonniers@gmail.com

Les revendications des prisonniers :

La fin de la politique d’isolement et la fin de la politique de détention administrative. Ainsi que

Concernant les familles :
- restaurer la deuxième visite mensuelle, arrêtée par la Croix-Rouge internationale l’an dernier
- instaurer des visites régulières toutes les deux semaines et augmenter la durée de la visite de 45 minutes à une heure et demie
- ne pas empêcher les proches du premier et deuxième degré de visiter le prisonnier ; permettre les visites aux enfants et petits-enfants de moins de 16 ans et permettre aux détenus de prendre des photos avec leurs familles tous les trois mois
- installer un téléphone dans toutes les prisons et les sections pour communiquer avec les familles.

La santé :
- fermeture du soi-disant « hôpital de la prison de Ramleh », structure inadaptée et incapable de donner le minimum de soins nécessaires
- mettre un terme à la politique de négligence médicale et instaurer des examens médicaux périodiques pour les prisonniers ainsi qu’ assurer la qualité des interventions chirurgicales
- libérer les prisonniers malades, en particulier les personnes handicapées et atteintes de maladies incurables
- permettre que des médecins spécialistes extérieurs à la prison soignent les détenus
- ne pas faire supporter les frais de traitement aux prisonniers malades. Prisonnières :
- répondre aux besoins et demandes spécifiques des prisonnières palestiniennes, concernant le transport vers les tribunaux ou les hôpitaux et leur permettre de rencontrer les parents et la famille sans barrière lors de la visite.

Le transport des prisonniers :
- assurer un traitement humain aux prisonniers lors des transports
- ramener rapidement les prisonniers au retour des cliniques ou des tribunaux, et ne pas les garder sur les points de passage
- réorganiser les points de passage, et y fournir des repas aux prisonniers.

Autres demandes :
- des canaux satellites adaptés aux besoins des détenus
- permettre aux prisonniers de s’inscrire dans les universités israéliennes et de présenter leurs examens de façon officielle et selon un accord défini à l’avance
- permettre l’entrée des livres, des journaux, des vêtements, de la nourriture et les affaires personnelles lors des visites
- installer des climatiseurs dans les prisons, en particulier dans les prisons de Megiddo et Gilboa
- réintégrer les cuisines dans toutes les prisons et les mettre sous le contrôle exclusif des prisonniers palestiniens,

Plus sur le site de l'Association France-Palestine Solidarité.

 

 

 

 

, 20 avril 2017