Citoyenneté

Louis de Brest-même !

Envoyer par emailPDF version

Les communistes unitaires ont perdu un ami, Louis Aminot décédé dans la nuit du 15 au 16 avril. Ci-dessous, les mots d'adieu de Sylvie Larue. Plusieurs de ses interventions figurent sur ce site, dont une "carte blanche" de 2009. 

Louis de Brest-même !

Notre dernière conversation date de 3 semaines. Louis sortait de l'hôpital, où il avait subit chimio et radiothérapie. C'était dur à vivre disait-il. Il devait revoir son médecin quelques jours après. Il disait aussi avoir besoin de temps pour écrire, il avait encore tant de choses à partager. Mais la force commençait à lui manquer. Cela ne l'avait pourtant pas empêché de rester "connecté". Il avait lu le texte de Genevée and Co Pour un printemps du communisme et disait que les camarades restaient au milieu du gué. Et la boussole de Louis était bien le communisme.

Louis a fait quelques infidélités à sa ville d'origine, mais son port d'attache c'était bien Brest. Brest-même, Brest et son histoire liée à celle de l'arsenal, des luttes et des résistances qui l'ont traversé. Louis enrageait de voir sa ville tourner le dos à cette culture ouvrière, industrielle de la construction navale. Il enrageait aussi de la voir associée au complexe militaro-industriel du nucléaire. Car Louis se mêlait de la question militaire. Parfois on en avait un peu marre de tous ses messages sur le militaire... On ne peut pas dire que le sujet nous passionne tous, mais comme Louis ne lâchait rien, il avait réussi à constituer un groupe de travail à Ensemble pour élaborer une parole commune sur la question.

Louis avait aussi de saines colères. En AG de l'ACU, ou dans les réunions d'Ensemble, il montait au créneau et parfois nous mettait mal à l'aise, mais il fallait que ça sorte, avec Louis il n'y avait pas de non-dits. Quand on prend des coups tout au long de sa vie, ça forge le caractère. Mais Louis avait un gros cœur, un cœur gros comme ça et quand il appréciait quelqu'un il savait le lui dire.

Merci Louis, pour ton amitié

Bises et fraternité

, 19 avril 2018