Alternative

L'avenir commence maintenant

Envoyer par emailPDF version

Des clivages séparent les militants, parfois au sein d’un même mouvement. Quelles en sont les raisons ?

Une raison majeure semble être l’appréciation portée sur l’espace ouvert à une candidature de la gauche de gauche.

Certain(e)s estiment qu’une candidature de rupture ne pourrait rassembler que 3 à 5% des sufrrages. D’autres au contraire pensent qu’elle peut occuper un large espace, si on y travaille : la politique calamiteuse du PS, la grande colère des électeurs, le réservoir des abstentionnistes sont des pistes pour développer dans le pays un courant porteur d’avenir post-capitaliste.

HIER AUJOURD’HUI DEMAIN

Nous ne pouvons construire une alternative d’avenir sans un oeil sur le rétroviseur, pour étudier les raisons des échecs subis par les peuples ces 40 dernières années. Mais sans une visée sur le futur on ne peut se situer correctement dans le présent. Nos conquêtes doivent à la capacité de se projeter l’avenir meilleur dans un élan partagé1. Si l’on accepte ce point de vue, il s’agit dès aujourd’hui de privilégier ce qui permet de se propulser vers une visée post-capitaliste. De ce point de vue, les luttes même partielles et localisées, les réseaux de militants en action sur les questions des droits, du climat, les exemples de résistances comme NDDL….et naturellement le mouvement contre la loi El Khomri, sont des atouts. Ces poches de “déjà-là” préfigurent une autre logique que celle du capital, et peuvent constituer des prémices d’une émancipation.

En même temps, il faut DÈS AUJOURD’HUI, et sur le terrain proprement politique, avancer des buts novateurs : l’approppriation du capital, se débarrasser des institutions de la 5ème République, introduire la révocabilité et le non cumul des mandats électifs, choix des candidat(e)s en assemblées, citoyennes, combattre les traités européens, le gâchis de la planète…voilà qui peut dès maintenant engager une dynamique, et donner chair à une révolution citoyenne. On ne rentrera pas dans l’avenir en rallumant l’étincelle d’un passé flétri.

UNE STRATÉGIE BOUTIQUIÈRE ?

Parmi les forces politiques, certaines jouent la carte des primaires à gauche. Le PCF nous intéresse particulièrement, car c’est un partenaire. Or, il apparait embarqué à la remorque du PS et autres gauches “molles” dans un scénario bizare, qui repousse à des dates tardives les choix liés aux échéances de 2017.

Tout se passe comme si le PCF faisait son deuil du premier tour. Comme si, en définitive, il visait surtout les législatives, tentant de conserver des députés.

Cette stratégie si elle se confirme, est celle de tous les dangers : politicienne, elle enterrerait la gauche de transformation au profit d’une union de la gauche revisitée. Elle ne serait aucunement à la hauteur des défis et produirait désillusions et montée du FN pour 2022.

ET ENSEMBLE! ?

Ensemble! s’est finalement dégagé des primaires. Mais son positionnement politique n’est pas net2, et continue d’être orienté vers la construction d’une “nouvelle gauche” contre la politique du gouvernement, sans références claires au contenu du rassemblement et aux ruptures à effectuer.

Certes, en liaison avec le mouvement social, des forums accueillant des militants peuvent être intéressants. Mais cela suffira-t-il à marquer le champ politique ? E! semble attendre une crise gouvernementale, voire une explosion du PS, ou encore, peut-être, le surgissement d’une candidature providentielle, issue de la société civile, qui unifierait la gauche “respectable” et la radicalité ?

Basée sur l’attentisme et l’appel à des discussions sans exigences préalables, la stratégie de E! ressemble à celle du PCF.

Alors que la candidarture de JLMélenchon offre la possibilité de mener avec les Insoumis(e)s une campagne, dans la clarté vis à vis du PS, la rupture avec le système, et la citoyenneté affirmée des combats,

Alors qu’il est offert à E! de participer à part entière à un comité de liaison des forces politiques qui soutiendraient cette proposition de candidature3,

Alors que des militants du PCF, et de E! militent d’ores et déjà dans les groupes d’Insoumis(es),

Ensemble! peut prendre sa place dans ce mouvement sur la base de ses propres fondements politiques.

___

1 Ce raisonnement est explicité par P. Zarka dans le n°285 de Cerises.

2 Cf. déclaration politique du 20 mars 2016.

3 Adresse du Secrétariat Exécutif National du Parti de Gauche, 18 mars 2016.

 

, 30 mars 2016