Libertés

Autisme : l’ordre moral à l’offensive

Envoyer par emailPDF version

Dans ses brèves du numéro 307, sous le titre "Psychiatrie", Cerises faisait écho aux réactions du Colletif 39 contre la propoisition de loi, dite Fasquelle, et renvoyait à un communiqué d'Ensemble ! Le débat étant ouvert sur la question de la prise en charge des personnes autistes, une contribution collective a été mise en ligne, également sur le site d'Ensemble. La voici.

Autisme : l’ordre moral à l’offensive

Le projet de résolution du député Didier Fasquelle et de plusieurs dizaines de parlementaires « invitant le gouvernement à imposer une prise en charge de l’autisme basée sur les recommandations de la Haute autorité de santé » (HAS), a été discuté au Parlement le 8 décembre dernier et il a été rejeté. Ce projet a suscité de nombreuses réactions et l'ensemble des pétitions qui ont circulé en opposition à ce projet ont rassemblé plus de 30 000 signatures.

Ce projet revenait à instaurer en matière d’autisme une science d’État qui viendrait formater la décision thérapeutique, niant que les connaissances scientifiques sont, en matière de psychiatrie et de connaissance des handicaps de l’enfant, très évolutives. Force nous est de constater que c'est devenu un enjeu électoral de la droite dure, dont Fillon est le représentant aux présidentielles.

Pascal Boissel, Pierre Cours-Salies, Jean-Pierre Martin, Bruno Percebois

Le13/12/2016

, 15 décembre 2016