• Il y a quelque chose de consternant dans le traitement politico-médiatique de la crise sur le nucléaire nord-coréen. Tout est conçu pour en faire la menace du seul régime de Pyongyang. Certes, ce régime est bien loin d’être la fine fleur de la démocratie et des libertés. Mais, comment ne pas voir - ou vouloir voir - la complexité de la réalité1.

    La menace n’est pas seulement coréenne. Bien sûr, le programme nord-coréen, comme tous les programmes nucléaires, constitue en soi une menace à la sécurité internationale et à la stabilité. D’où les réactions négatives en chaîne, y compris chinoises. Mais la menace vient aussi d’un antagonisme politique, stratégique et militaire historique très actuel dans lequel sont directement impliquées les plus grandes puissances : États-Unis, Chine, Japon, Russie... Alors, comment faire ?