• Déréglementer est le credo commun de ce gouvernement de Valls-Macron. Si le premier joue de la fibre autoritaire d'un Premier ministre "en temps de guerre", l'autre décline tous les registres de la modernitude. Mais les deux enfoncent le clou de la pensée dominante : ni voyous ni tabous, il faut de l'ordre dans la société et de la flexibilité dans l'économie. Et si le peuple doit être convoqué, mieux vaut que ce soit sur la déchéance de la nationalité que sur l'abandon du droit du travail !

    La loi Macron I avait permis d'aller vite mais le coût en était élevé : débats houleux,...

    La suite