• La nouvelle législature qui débute est à l’image des premiers pas de la présidence Macron. Après les couacs ministériels : démission de plusieurs ministres et pas des moindres, déclaration contradictoire entre le ministre de l’Agriculture et celui de l’Environnement, vient le temps des couacs parlementaires. Oui il y a de la précipitation et même parfois de l’amateurisme mais surtout un renforcement incroyable de sa volonté hégémonique.

    Celui qui prétendait changer la politique, déléguer les responsabilités et tout moraliser n’en finit pas d’étendre son pouvoir, ses contradictions et sa mégalomanie. Jupiter en marche !