• La désignation de MACRON champion de la terre par les Nations Unies s’inscrit dans une stratégie globale, qui vise à promouvoir le capitalisme vert comme réponse aux luttes qui montent devant l’urgence climatique. Ainsi, il suffirait de convaincre les actionnaires de prendre en compte les problématiques écologiques dans leur « business plan » et le marché ferait naturellement le reste.

    Mais la réalité confirme la vanité de tels espoirs ; l’observatoire climat énergie constate que la France part à la dérive par rapport aux objectifs qu’elle s’est elle-même fixés. L’exemple de l’industrie automobile est significatif, les grands constructeurs ont préféré tricher en minorant le niveau de production de CO2 de leurs moteurs plutôt que d’investir pour le réduire.