• Ainsi donc le premier magistrat de Béziers a décidé de tuer symboliquement la femme, de choisir simplement la rapidité de ce meurtre…

    Ça l’affiche mal cette scène où, ligotée sur des rails, un être du genre féminin attend effarée sa dislocation ferroviaire inéluctable en priant sa rapidité grâce au TGV. Pour avoir peur moins longtemps, le meurtre étant son destin. L’homme aux manettes ? Ménard conducteur ? Sexisme à peine refoulé, odieuse scène surjouée par le caractère "réaliste" de la photographie affichée.

    Le TGV réduit à un crime : il fallait oser. La revendication, aussi justifiée soit-elle, résumée au sadisme et à « l’humour noir » (sic) : quel manque de savoir lutter.